Argent : un incitatif pour les Expéditeurs de Données

Même les Questionnaires les mieux développés et les modèles de suivi et évaluation les mieux conçus ne valent rien si les gens ne soumettent pas de données.

Pour obtenir les bonnes données, vous devez avoir une bonne conformité.

Dans certains cas, l’argent peut être le bon incitatif en termes de collecte de données.

Human Network International (les créateurs de DataWinners) a travaillé avec plusieurs organisations afin de les aider à concevoir la bonne structure incitative pour leurs projets.

Par exemple : Qui envoie les données ? Est-ce que c’est l’agent de terrain, tels que le travailleur de santé communautaire ou l’infirmière ?  Parfois.

Dans d’autres cas, c’est le technicien d’appui qui gère et assiste un groupe d’agents de terrain, permettant à ces travailleurs de première ligne de se concentrer sur ce qu’ils font le mieux.

Avec la bonne structure en place, parfois vous avez encore besoin d’incitatifs, par exemple, paiements basés sur les soumissions de données.

Quand l’Expéditeur de Données est un employé de l’organisation, cela peut être très simple : Soumettre des données afin d’être payé. Les mesures de rendement sont souvent incluses dans les Questionnaires : plus le travailleur est performant, plus son paiement est significatif. Un client de DataWinners paie les travailleurs communautaires en se basant sur le nombre de moustiquaires qu’ils ont distribués — plus de moustiquaires, plus d’argent.

Mais quand l’Expéditeur de Données n’est pas un salarié, il se peut que vous ayez à leur donner une ou deux raisons d’allouer de leur précieux temps pour saisir des informations dans un formulaire.  En premier lieu, il doit être clair que la communauté à laquelle apparient la personne remplissant le formulaire profitera des avantages générés par les informations utilisées. Toutefois, parfois les gens ont besoin d’un incitatif moins abstrait et plus immédiat. Comme l’argent.

L’argent peut être sous forme de crédit, d’argent mobile, ou de bon pour des services spécifiques.

Ces conseils de ICT Works (re-publié avec leur autorisation) vous aideront à penser au bon incitatif, au bon montant et à la conception de votre Questionnaire.


Avant même de penser aux incitatifs, réflechissez soigneusement à votre processus de suivi et évaluation en général d’abord. Demandez-vous : ce que nous faisons a-t-il un impact sur la communauté ? Est-ce que nos belles visualisations aident la communauté à répondre à ses besoins ? Et si les gens ne se pressent pas pour répondre à nos enquêtes, devrions-nous les garder tel quel ou les regrouper ou repenser au processus ? Si après mûre refléxion, les incitatifs semblent toujours être la meilleure stratégie, ci-dessous quelques éléments clés à prendre en considération :

  • Trouver le bon seuil. La question délicate qu’est : “combien dois-je offrir” a toujours différentes réponses. Dans certaines situations, payer des incitatifs sous forme de crédit prépayé est une bonne option. Dans d’autres cas, vous devez offrir des crédits plus significatifs que le coût réel d’envoi d’un texte, audio ou données. Et pour les incitatifs non financiers, la valeur peut être complètement différente. En général, selon notre expérience, la meilleure règle est de tester différents seuils d’incitatifs et voir dans lequel les taux de réponses sont les meilleurs  (tout en contrôlant autant de variables que possible, bien sûr).
  • Certaines personnes n’y accordent pas d’importance, tout simplement; cela peut être bon et mauvais. Dans certaines situations, les utilisateurs mobiles ne sont pas intéressés par les incitatifs – que ce soit du crédit ou une autre forme de compensation. Dans certains cas, cela signifie que vous êtes libre de gérer votre projet d’enquête mobile sans aucune structure incitative, bonnes nouvelles. Dans d’autres cas, cela veut dire qu’aucune motivation ne pourra encourager la communauté à prendre part à votre enquête. Quand c’est le cas, il est peut être temps de revoir l’enquête elle-même, ou le processus de suivi et évaluation en général, afin de voir si le projet en général est bien conçu et bien établi. lesquelles
  • Tout le monde se lasse à un certain point : gardez les choses simples. Quelques personnes veulent répondre à une enquête de 100 questions en utilisant leur équipement mobile. Limitez-vous aux questions qui importent le plus, et assurez-vous que la formulation de ces questions est claire et facile à comprendre.
  • Démontrez les avantages mutuels, et donnez-y suite. Plus important encore, déclarez clairement aux membres de la communauté pourquoi les données sont collectées, à quelle fin seront-elles utilisées, quels seront les avantages tangibles du processus, et quand les communautés peuvent voir les résultats. Le meilleur processus de suivi et évaluation communique clairement tous ces points – et en soi, cela devient l’incitatif pour les communautés pour adhérer au processus.

Jacob Korenblum est le PDG de Souktel, et un expert technique en suivi et évaluation.